les plantes carnivores

Forum pour les plantes carnivores
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Comme vous avez pu le constater, il y a pas mal de problèmes au niveau des avatars et des smiley.
Pour voir ré-apparaitre votre avatar, il suffit de le ré-uploader (comme si vous vouliez le changer).
Pour les smiley, cela est beaucoup plus compliqué, et il faut encore attendre de nouvelles informations.
L'équipe de forumactif est sur le coup !

Plus d'infos :
http://plantescarnivores.cultureforum.net/discussions-diverses-f9/bug-forumactif-suite-topic-problemes-t4491.htm


Partagez | 
 

 Fiche : La tourbe et les tourbières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skynet
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 2021
Age : 117
Localisation : .
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Fiche : La tourbe et les tourbières   Lun 13 Nov - 3:07

Un monde mystérieux

Lieux de légendes, endroits malsains selon la croyance populaire, réputées dangereuses par leur tapis de végétation flottante qui masquent la profondeur de l’eau, mais parfois considérées comme bénéfiques pour leurs sources ferrugineuses, les tourbières sont des écosystèmes fragiles. Ces espaces sensibles se développent en milieux humides et se composent principalement d’espèces dites hydrophiles (qui aime l’eau). Parmi ces espèces, les plus importantes sont les sphaignes (sphagnum), mousses très particulières qui peuvent constituer au fil des siècles et des millénaires, d’importantes couches de tourbe, matériau issu de la décomposition de la matière organique morte provenant de l’accumulation des résidus végétaux. on appelle se processus de formation de tourbe, la turfigenèse.

Sphaigne

Les tourbières sont des oasis de dépaysement. Elles renferment de nombreuses espèces biologiques qui fascinent tant par leur rareté que par leur façon de fonctionner, de se développer.

Parmi les plantes que nous pouvons découvrir dans une tourbière, il y les plantes carnivores (ou insectivores) de la famille Drosera (ou Rossolis, nom médiéval signifiant "rosée du soleil").

Drosera intermedia
Source :http://myco-cheype.chez.tiscali.fr

Dès l’époque du moyen âge, les magiciens et les sorciers remarquèrent vite l’étrangeté de ces plantes. En observant la plante, ils remarquèrent sa faculté de rester parée de mille gouttelettes même en plein soleil. Pour eux c’était le signe d’une alliance magique entre la plante et l’astre, et peut-être même avec le Diable lui-même. Les alchimistes pensaient même que la plante contenait l’un des constituants de la pierre philosophale qui transformait le plomb en or. Cette réputation de plante maléfique n’empêcha pas la plante d’être utilisée pour ses propriétés médicinales (verrues, brûlures solaires, toux et diverses affections pulmonaires).

Au délà des plantes carnivores, la tourbière renferme bien d’autres espèces végatales et animales toutes aussi interessantes que fascinantes...
L’exploitation de la tourbe : une tragédie pour les tourbières

La tourbe, extraite de la tourbière, devient un matériau dont l’utilisation peut varier du chauffage, à l’amendement organique des sols, en passant au matériau de construction. Ainsi, dès le XVIIIe siècle, les besoins croissants en combustibles marquèrent le début du grand recul des tourbières et avec le machinisme agricole, ce rétrécissement s’est accéléré de façon spectaculaire car des engins de plus en plus performants ont permis la destruction de vastes surfaces en toujours moins de temps. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’utilisation généralisée des huiles de chauffage a diminué l’usage des autres combustibles dont la tourbe. Puis la tourbe agricole a pris le relais (composition du terreau). La peau de chagrin continue de se rétrécir. Au total ce sont plus de 90% des espaces humides qui furent détruits ou saccagés. Si aujourd’hui les tourbières en France sont protégées ce n’est pas le cas dans d’autres pays : 2 millions de m3 de tourbe par an proviennent des pays de l’Europe de l’Est, couvrant 70% de nos besoins.

Tourbe
Source :http://www.a2i-micro.fr
Constat d’aujourd’hui : l’apport de la recherche pour réhabiliter ces espaces fragiles

Les tourbières et toutes les zones humides bénéficient aujourd’hui d’un grand réseau de gestionnaires, de scientifiques et d’élus pour mettre en place leur conservation, leur protection et leur réhabilitation. Cette prise de conscience mondiale pour la protection des zones humides s’est déclarée à la suite des destructions massives de ces écosystèmes, en comprenant leur intérêt fondamental pour l’économie terrestre. En effet, les zones humides contribuent au maintient et à l’amélioration de la qualité de l’eau en agissant comme un filtre épurateur. Elles ont aussi un rôle important dans la régulation des régimes hydrologiques (diminuent l’intensité des crues et soutiennent les débits des cours d’eau pendant la période chaude de l’été). Enfin, elles sont des réserves de diversités biologiques indiscutables.

Nacré de Canneberge
Papillon rare que l’on retrouve dans les tourbières d’Auvergne. Source :http://www.naturpark-eifel.de/fr

Au niveau scientifique, la tourbe est le conservatoire des restes végétaux, utile pour la reconstitution du climat et des paysages des temps passés.

La tourbière reste quand même pour le monde des scientifiques un écosystème mystérieux. De nombreuses recherches sont en cours actuellement pour comprendre son fonctionnement exact, pour connaître parfaitement les milliers d’espèces colonisatrices de ce milieu humide, pour apprendre à la protéger face à l’évolution des paysages actuels et enfin, à pouvoir la réhabiliter après une exploitation intense.

Parmi les interrogations toujours d’actualité concernant le monde des tourbières, en voici quelques unes que nous proposont de développer au sein du centre.

Partons dans les profondeurs d’une tourbière : Le parc du Livradois-Forez où se trouve le centre de Prabouré possède 60 tourbières. Toutes ces tourbières n’ont pas fait l’objet d’une étude approfondie. C’est le cas pour une petite tourbière située non loin du centre, près du plateau des Hautes Chaumes. Le centre d’Objectif Sciences, vous propose d’aider les scientifiques et les gestionnaires spécialistes des zones humides en étudiant cette tourbière. Cette étude porte sur la description topographique et géologique du site tourbeux, de l’évaluation de l’âge de la tourbière, de la connaissance du début de la turfigenèse (processus de formation de la tourbe), de l’identification de la flore et de la faune (des espèces rares sont-elles présentes ?) et de la réalisation de carte et de transect.

Créons notre tourbière-musée : Bien que protégées, certaines tourbières évoluent vers des paysages plus boisés, moins ouverts qui à terme deviendront un écosystème de sous-bois. Le paysage depuis des millénaires change constamment, non pas à notre échelle humaine mais à l’échelle géologique. Cette notion d’évolution des paysages n’est pas ancrée dans nos cultures. Voir une tourbière évoluér en lac ou en sous-bois, selon le changement de son hydrologie, et nous parlerons de dégradation... Laisser les paysages évoluer ou conserver les paysages tel qu’ils sont actuellement, n’empêche pas la création de musées, conservateurs d’espèces rares, héritage de connaissances pour les générations futures. L’installation d’une tourbière conservatrice sur le site du centre permettra la réhabilitation de plantes rares comme la Jamesoniella undulifolia, la Armillaria ectypa ou la Sphagnum majus. Avec l’apparition de ces plantes, c’est tout un écosystème qui viendra s’y greffer, comme des papillons, des champignons, des insectes et micro-organismes...

D’autres sujets peuvent se développer autour du thème des tourbières :

La turfigenèse : La turfigenèse est le processus de formation de la tourbe. En Auvergne cette turfigenèse aurait commencé en 7 400-7 707 BP, ce qui correspond à l’ère géologique du Boréal (Quaternaire). Pourquoi juste cette époque, serait-ce un signal climatique ? La minéralisation, c’est-à-dire la fin de la turfigenèse, s’est effectuée entre 3 900-4 010 BP. Cela correspond à l’arrivée des premiers agriculteurs en Auvergne. Pourrait-il y avoir un rapport ?

La cryogenèse : L’étude de la tourbe passe actuellement par la description de lames minces. Ces lames minces sont fabriquées à partir d’échantillon de tourbe. Ces échantillons sont déshydratés par la méthode eau/acétone car ils ont une structure qui varie avec l’humidité. Ainsi la technique d’échange eau/ acétone permet de remplacer l’eau par de l’acétone sans modifier la géométrie de l’échantillon. Mais cette méthode demande un délais de 6 mois et reste relativement chère. Une autre méthode est possible, celle de la cryogenèse, mais elle est encore très compliquée à réaliser.... La recherche manque encore sur ce sujet...


Source : http://asso.objectif-sciences.com

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 2021
Age : 117
Localisation : .
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Lun 13 Nov - 3:12

Suite à un problème technique Neutral, tous les messages postés à la suite de ce topic ont été effacé.

En voici une fidèle retranscription...

Admin arthurcarni
a écrit:
et ben affraid affraid
Magnifique ovation ok!

sauteur455 a écrit:
je sais pas i vous avez vu un c'est pas sorcier en début de semaine. il était sur les marais. ils ont fait allusion aux plante carnivores. c'était bien.


Admin arthurcarni
a écrit:
je l'avais déja vu, il ne parlen que des Drosera mais bon c'est déja ça !

sauteur455 a écrit:
quand meme

je crois que je les ai tous vu


Rem1 a écrit:
sauteur455 a écrit:
quand meme

je crois que je les ai tous vu


Moi aussi What a Face

Admin arthurcarni a écrit:
moi peut-être pas tous mais au moins une bonne parties Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeff
piège
piège


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : LE MANS
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: suite   Ven 1 Fév - 14:10

Quelques définitions :
Ce que l'on entend par tourbe : seul un matériau renfermant un minimum de 20 à30% de matière organique.
Dans le cas contraire on qualifiera le substrat de semi tourbeux.

Tourbières : au sens strict seuls les sites ou la couche est supérieure à 30-40cm peuvent en prendre le nom, lorsque l'épaisseur est plus faible le sol est qualifié de paratourbeux.
Plusieurs sortes de tourbières :
- tourbière de pente ou soligènes : sur des flans de vallons (résurgence des nappes phréatiques) au milieu ou en bas
-tourbière d'étang ou limnogènes : queues des vieux étangs.
- tourbière de fond de vallon ou fluviogènes : le long de petits cours d'eau , dans des dépressions marécageuses

La nature de la tourbe varie avec la composition minérale de la nappe qui la baigne et donc avec les roches du bassin versant.
Quand le ph est faible tourbe acide quand le ph est de l'ordre de 8 la tourbe est neutro-alcaline .

Pour les tourbières acides souvent les sphaignes sont abondantes avec des cyperacées (Carex etc.), des Drosera et des Pinguicula
Pour les neutro-alcalines pas de sphaigne ou peu ,d'autres bryophytes , des cyperacées (Carex, Schoenus, Cladium) des orchidées , des Pinguicula , une sorte de Drosera .

On peut aussi voir les deux c'est a dire des plantes de milieu acide (sphaigne) sur une tourbière neutro-alcaline seule la surface est acide alors.
J'espère ne pas avoir été oups!

jeff


Dernière édition par le Ven 1 Fév - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fern72.free.fr
Admin arthurcarni
Admin
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 9627
Age : 25
Localisation : Chambéry, savoie
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Ven 1 Fév - 14:58

Merci pour ces infos Jeff ! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plantescarnivores.cultureforum.net
kisscool_38
plantecarnivoreman !
plantecarnivoreman !
avatar

Masculin Nombre de messages : 3922
Age : 31
Localisation : Lugdunum
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Ven 1 Fév - 16:30

Merci pour l'explication, ça répond à certaines de mes questions. Peux-tu aussi définir ombrogène et ... ? (je me rappelle plus du terme)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jeff
piège
piège


Masculin Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : LE MANS
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: suite   Ven 1 Fév - 16:52

en fait les milieux turfigenes qui ont comme origine une nappe provenant du sol on les appelle "bas marais" tourbiere plates ou minerotrophes
les autres issus de l'abondance des precipitations "hauts marais" tourbiere bombées ou ombrotrophes
j'ai repondu a ta question Aymeric.

dans le même ordre d'idée,il semblerait ,mais je n'arrive plus a mettre la main dessus , que les urticulaires aquatiques aussi sont sensibles soit aux eaux acides ou soit neutro alcaline , info a confirmer donc.

jeff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fern72.free.fr
kisscool_38
plantecarnivoreman !
plantecarnivoreman !
avatar

Masculin Nombre de messages : 3922
Age : 31
Localisation : Lugdunum
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Ven 1 Fév - 16:58

Ok merci. C'est bien ce qu'il me semblait, j'ai tendance à les inverser. Et minérotrophe ça veut pas rentrer.
Oui pour les Utriculaires, elles sont très dépendantes du pH et de la qualité de l'eau. Je vais me lancer dans des mesures de pH cet été sur plusieurs stations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troglo
quelqu'un qui a beaucoup aidé l'admin
quelqu'un qui a beaucoup aidé l'admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 214
Age : 45
Localisation : Arras
Emploi : esclave informatique
Loisirs : carnivores, treks, photos, traine du coté obscure du Tux
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Mar 21 Juil - 8:36

bon je de-tourbe un vieux post Wink afin d' apporter un complément d'informations
à l' excellent article de ce post sur les alternatives à la tourbe de sphaigne "pillée" pour notre confort : le Moorland Gold
Article en anglais rédigé par Stephen Morley qui n'est pas un amateur en la matière Smile :
http://www.thecps.org.uk/content/view/53/40/

Citation :

...
Moorland Gold

This is my current compost of choice. It is peat alternative derived from the filtering of water from the hills in west Yorkshire before it enters the drinking system. Natural erosion from the peat moors deposits large quantities of peat, silt and leaf mould in reservoirs, which are then dredged out and the compost packaged up. Moorland Gold is an alternative to mined peat, but it does contain particles of peat. However, this peat is not the result of the destruction of peat bogs and is arguably a sustainable resource. The suppliers, West Riding Organics, maintain that there are at least 50 years of supplies currently in the reservoirs. Because this product is derived from peat moors, the properties are very similar to that of peat (acid reaction [pH 5] and low conductivity [0.7 micro-siemens]) and gives similar results. It is very dark in colour, nearly black, darker than Sphagnum peat which tends to be more brown. It is also a bit heavier than peat, due to the silt content, so I tend to add a bit more perlite to mixes to lighten them up a bit. Disadvantages? It does produce quite a lot of grass and heather weeds in pots, but not a major disadvantage I think.
...



...impossible d' en trouver en France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mad
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5085
Age : 43
Localisation : île de France
Loisirs : Arts Martiaux - Musique - etc.
Date d'inscription : 12/06/2006

MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   Mar 21 Juil - 8:44

Troglo a écrit:
la tourbe de sphaigne "pillée" pour notre confort
Elle n'est pas forcément pillée (mais si c'est trop souvent le cas) mais en tous cas elle n'est pas exploitée pour du confort mais principalement pour l'amendement des sols Wink

Je crois que seuls les anglais pourront se procurer ce Moorland Gold (trop petite production), malheureusement pour nous il nous faut trouver d'autres solutions alternatives.

_________________
Je doute, donc je suis...
L’ordre naît du chaos - Théorie du chaos
La botanique est l'art d'insulter les plantes en latin - Alphonse Karr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiche : La tourbe et les tourbières   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche : La tourbe et les tourbières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mousse de tourbe versus les tourbières
» Tourbières , Haut Rhin
» Tourbe blonde de sphaigne, mystère de localisation
» Ou insérer la tourbe dans le filtre?
» FICHE ELEVAGE SULCATA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les plantes carnivores :: Fiche de culture :: Articles documentaires-
Sauter vers: